Pour ceux qui aiment le Temps des Fêtes
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Un certain mardi gras..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: "Un certain mardi gras..."   Mar 12 Fév - 16:21

Un certain mardi gras...

Ou « le plaisir d’un ange. »


Le mardi gras, dans la famille Devreux, était la journée la plus longue à vivre après, bien sûr, la fête de Noël et la journée du Premier de l’an. Gérard, 23 ans à peine avait toujours participé au carnaval de son village, comme son père François, son grand-père Louis et son arrière grand-père Jean. Bien sûr le petit hameau de Gégé n’avait strictement rien à voir avec la grandeur de la ville de Binche où le carnaval était bien rodé et suivi depuis de très nombreuses années ; il était très rural et les gens prenaient plaisir à se déguiser afin de chasser ce « bonhomme hiver » de leur patelin. Les jeunes travaillaient tous à la ville car il leur était devenu impossible de subvenir aux besoins de leur foyer respectif en restant ancrés à la campagne. Seuls les plus âgés pouvaient espérer finir leurs jours au village. Jean avait construit sa maison en plein bourg, en bons moellons caractéristiques de la région. Taillés à la main, ces pierres bleues avaient été méticuleusement emboîtées les unes aux autres pour ainsi former des bâtiments à l’aspect austères mais qui supportaient très bien les différences de température et d’humidité si présentes en Wallonie. Louis, son fils, lui aussi maçon de métier s’était attelé à bâtir également sa maison. Devenue bien trop grande pour lui et sa femme, il avait réalisé les transformations à la fermette afin de pouvoir accueillir la famille de son fils. Bien qu’indépendants à tout point de vue, Gégé, sa femme Pauline et leur petit bout de chou de 4 ans Raphaelle partageaient la propriété des parents. Le carnaval au village durait huit jours. La semaine précédant le mardi gras voyait les petits villageois peaufiner leurs costumes : Pierrot pour les uns, Arlequin ou Paysan pour d’autres et le Gille façon Binche pour les derniers. Depuis le mois d’octobre les musiciens et les Gilles répétaient tous les vendredis soirs au café « l’intemporel » ; il y avait quelques cuivres, deux violes, une dizaine de tambours, deux grosses caisses et 8 pipeaux. Tous les musiciens provenaient soit du village ou des hameaux environnants. Rien à voir avec les batteries du carnaval de Mons mais pour le petit village de Gérard, ce groupement, composé de 27 musiciens, était de l’ordre du grandiose. Il faut savoir que cette petite agglomération ne compte qu’une toute petite centaine d’habitations et pour la plupart peuplées de personnes âgées d’une soixantaine d’années. La seule confrérie des Gilles du village reprenait 40 membres ; la plus jeune, Raphaelle avait pour aîné son arrière-arrière grand-père Jean. Ce dernier, vu son grand âge ne participait plus qu’à la réalisation et l’entretien des costumes, des sabots de bois, des rameaux et des paniers à oranges. Il avait aussi la lourde tache de prendre soin des chapeaux en plumes d’autruche. Le costume du Gille se louait d’année en année ; il reprenait les blasons des différentes familles anciennes ainsi que de la représentation de lions et d’étoiles. Il se composait d’un pantalon et d’une blouse que les femmes bossaient de paille le matin du mardi gras. Sans les femmes respectives, les Gilles ne pouvaient exister. Elles bichonnaient leurs maris, compagnons et enfants ainsi que de leurs costumes. Les coloris de l’habit du Gille reprenaient les couleurs du drapeau belge à savoir le noir présent dans les dessins d’étoiles et de quelques lions de feutrine, le jaune de la blouse et du pantalon et le rouge de certains blasons. Chaque Gille portait un bonnet blanc couvrant les oreilles. Une fine écharpe de tête blanche appelée foulard partait du menton vers le dessus du crâne. Ce bonnet et ce foulard de tête étaient destinés à supporter le fameux chapeau très lourd composé d’une buse blanche de carton au sommet de laquelle tombaient 7, 8 ou 9 plumes d’autruche. Cette coiffe de 4 kg pour le chapeau des Gilles adultes ne pouvait sortir qu’en période temps clair pour ne pas défraîchir les fragiles plumes. Ce personnage étrange était chaussé de sabots de bois caractérisant le claquement au sol reconnaissable le matin venu.



- « Ne bouge donc pas ainsi Gérard » dit Pauline. « Je vais te piquer avec mon aiguille si tu continues ainsi. »
- « Ok ok… mais maman m’a trop bossé, je peux à peine respirer ! »
- « Petite nature ! » lui lança Denise, la maman. Tu sais qu’un bon Gille doit être bien bossé. As-tu bien mis tes chaussons ? »
- « Oui maman, regarde. » Il leva la jambe et lui montra ses chaussettes d’un blanc éclatant. Pauline lui passait sa collerette blanche brodée et dont la dentelle plissait en suivant son tour de cou. Denise dit à Pauline :
- « N’oublie pas de lui attacher son grelot sur son plastron. Ensuite, nous lui passerons son apertintaille, sa ceinture. »
- « Oui maman, ne vous en faites pas, cela fait déjà 4 ans que je l’habille. Voilà mon cœur, tu es splendide. Regarde-toi dans le miroir. »

Gérard était fier de ce qu’il voyait. Les gens venus au village pour voir la procession ne s’imaginaient pas le travail que cela nécessitait pour sortir habillé de la sorte. Il fallait aimer être Gille et femme de Gille pour endurer ce travestissement. Denise amena une énorme ceinture autour de laquelle huit petites cloches étaient cousues. Elles sonnaient au gré des mouvements. Pauline se mit à rire.

- « Gégé ne bouge pas tant, tu vas réveiller tous les voisins ! »
- « Ben… c’est le but Pupuce, ils vont bien devoir sortir de chez eux quand ils entendront la batterie arriver à grands fracas de tambour et de pipeaux. »
- « oui mais en attendant, laisse-les dormir encore un peu. Raphaelle mon tit cœur, Mamy t’a habillée ? »
- « Oui, oui je suis assise, j’attends papa. »

Pauline jeta un coup d’œil dans le salon. La petite attendait, bien installée dans le fauteuil, callée par l’imposant costume qui la parait. C’était sa toute première sortie en temps que Gille. Elle en était très fière. Enfin, elle allait pouvoir sortir avec papa ! »

- Tu sais mon cœur », lui dit son papa. « Tu as de la chance que nous habitons ici. Au moins tu pourras faire le Gille toute ta vie. A Binche ce n’est pas pareil. Ils suivent de très près l’ordre des Gilles mais ici, nous sommes plus tolérants. »
Il faut dire qu’à Binche, le pouvoir organisateur ne pouvait protéger la pérennité de cette tradition qu’en instaurant au sein même des groupements des règles très strictes. Gérard continua :
- « Ici, Grand-Papy a décidé un beau jour de laisser tous les enfants faire le Gille, qu’importe leur sexe… » Raphaelle écoutait son papa lui vanter les mérites de mettre du baume au cœur des villageois en ce début d’année.

- « Papa, pourquoi le Gille met des sabots en bois ? »

- « Pour réveiller les gens mon cœur, pour qu’ils sachent que nous sommes là, pour qu’ils sortent en rue avec nous et pour qu’ils participent avec nous au réveil du printemps. Il te faudra taper très fort des pieds le pavé Choupinette. Tu n’as pas mal dans tes sabots ? »

- « Non, Papy a mis du feutre dedans et je sens plus rien du tout. »

- « C’est bien Poupette. Et tes grelots tiennent bien ? »

- « Oui regarde ! ». La petite se leva et frénétiquement frappa le sol de ses sabots tout en remuant son petit corps permettant ainsi aux grelots de tinter de part et d’autre. « Tu vois, ils vont bien hein ? »

- « Oh oui Raphi. N’oublie pas ton ramon et ton panier. Si tu tends ton ramon à un villageois et s’il te le prend, tu le lui donnes. Il te le rendra. Tu devras alors l’embrasser pour le remercier. »

- « Pourquoi papa ? »

- « Le ramon est l’ustensile que nous utilisons pour balayer l’hiver de nos villages afin que le bon temps revienne le plus vite possible. Il sert également à protéger les gens.»

- « Quand est-ce que je pourrai recevoir mes oranges à lancer aux gens ? »

- « Tu les recevras quand nous arriverons à la réunification des Gilles pour le rondeau, sur la place mon tit cœur. Ah oui Pupuce, une fois réunifié, le groupe de Gilles prendra la direction du haut du village, pour aller saluer le bourgmestre qui nous accueillera. C’est sur le chemin du départ pour arriver à la place du village que tu pourras lancer tes oranges si tu n’es pas fatiguée. Sinon tu les lanceras au rondeau. N’oublie pas que lorsque ton panier sera vide, il te faudra le porter à l’envers afin que les organisateurs qui nous suivront, puissent voir qu’il faut le remplir à nouveau. D’accord ? »

- « Oui papa. »


- « Et mon chapeau je pourrai le porter ? » continua la petite fille.

- « Si il ne pleut pas Raphaelle, si il ne pleut pas… Lorsque nous atteindrons la place du village, on nous apportera les coiffes. Maman te la placera avec grand-papy et nous commencerons la danse du rondeau. Tu te souviens ? »

- « Oui, oui… on pose nos paniers devant nous, on danse d’abord sur l’air de musique et au signal du chef des Gilles on se donne la main ou bien on se tient le ramon et on forme un rond en dansant. C’est ça ? »

- « Oui mon cœur, c’est bien. Sais-tu pourquoi on va faire ce rondeau ? »

- « Hum… » La petite fille porta son petit index droit aux lèvres. « Je sais pu !!! »

- « Plus la danse sera saccadée du bruit de nos sabots et de nos grelots et plus les gens se prendront au jeu. Ils se mettront à danser eux aussi. Tu verras… c’est magique. J’espère qu’il ne pleuvra pas car nos gestes vont faire bouger nos chapeaux tous en cœur et les villageois vont être admiratifs. Quand le Gille de tête verra que les gens seront prêts, il fera jouer l’air de la réunification et nous devrons nous diriger vers les visiteurs. Tu feras les mêmes gestes que moi. Ensuite tu feras ce que nous avons répété : tu prendras la main d’un villageois et tu l’amèneras au rondeau. Nous ferons tous comme toi. Ce moment est magique Pucette. »

- « Donc il y aura un Gille et quelqu’un du village… puis un Gille et quelqu’un d’autre et encore pareil pour le suivant ? »

- « Oui Raphaelle., c’est bien ça »

- « Papa, quand est-ce qu’on sait qu’on doit tourner ? »

- « Tourner ??? »

- « Oui, tu sais bien, changer de sens. »

- « Ah oui chérie. Et bien tu dois écouter le pipeau. Quand il chantera, il faudra inverser le sens de la ronde. C’est cela le rondeau. »

- « Ca dure longtemps ? »

- « Héhé pupuce… Le Gille sent quand le rondeau doit être rompu. Et puis le chef nous l’indiquera. Tu verras… Fais comme papa à ce moment-là, d’accord ? »

- « Oui, oui…. HUMMMMMMM j’ai envie d’y aller. Ca y est dis ? »

Gérard regarda l’horloge. 3h45minutes.
- « Bientôt mon cœur, les tambours vont arriver. Quand tu les entendras, tu mettras ton masque sur le visage. D’accord ?

Raphaelle regarda la table du salon où trônait son petit masque de cire. Le masque des Gilles représentait le bourgeois typique du 18ème siècle, avec une petite moustache, des lunettes vertes et une minuscule barbichette. Le masque était unique pour tous les Gilles. La petite fille le prit dans ses mains et dit :

- « Pourquoi on a tous le même papa ? »

- « Parce qu’il est important de cacher nos émotions chérie. Les gens doivent participer d’eux-mêmes, ils ne doivent pas être attirés par un sourire ou un clin d’œil. Tu comprends ? On ne peut pas les influencer…»

- « Tu veux dire qu’on ne peut pas les faire venir en criant après eux. »

Gérard, que Pauline avait terminé de préparer, alla rejoindre sa fille dans le salon.
- « Oui Choupinette. Le carnaval n’est réussi que si les gens y viennent de leur propre volonté. Le masque signifie que tout le monde est pareil… Avec ce masque, il n’y a pas de riches et pas de pauvres ; pas de beaux, pas de vilains. On est tous semblables au mardi gras. »

- « Oui j’ai compris papa. Ca devrait être tous les jours comme ça… »

- « Oui je sais… c’est pour cela que le Gille existe. »

- « Gérard ! » cria Louis, le grand-père. « Pierre arrive avec le pipeau et le tambour. Apprêtez-vous ! »

Gérard plaça le masque sur le visage de sa Pitchounette, puis, posa le sien. Il prit la main de sa petite et se dirigea vers le hall. « On va attendre que Pierre vienne nous jouer l’aubade du départ ici Raphaelle. Reste près de moi. Nous n’ouvrirons la porte que lorsqu’il jouera sur le trottoir.

Le pipeau se mit à chanter. Gégé commença à taper des sabots et Raphaelle l’imita : Pam – Pam – Pam – Pam –Pam – Pam…
Pauline ouvrit la porte. Gégé fit sortir sa petite fille en lui disant :

- « Vas-y Pupuce, tape du sabot sur le pavé. Il faut réveiller les gens. On y va. »

La petite redoubla d’intensité dans ses gestes. PAM – PAM – PAM – PAM – PAM – PAM – PAM – PAM …

Le papa, prit la main de sa fille et tous deux prirent la direction du centre de la chaussée. Ils continuèrent à taper des pieds tandis que le tambour, le pipeau rythmaient leurs gestes.
La lampe de la chambre des voisins s’alluma. Antoine, ouvrit sa fenêtre et dit :

- « Vas-y mon Gégé, vas-y ma Pitchoune ! Réveille-moi tout ce monde héhé !!! Allez plus fort !!! »

Gérard jeta un regard vers sa fille. Celle-ci réagit aux paroles de son voisin et frappa le pavé encore plus fort. François le grand-père mit sa veste et sa casquette et dit :

- « En avant le Gille ! En avant !!! Allez chercher les autres !!! »

Gérard et Raphaelle descendirent la rue tapant des sabots, suivant la musique. Le papa voyait que sa petite fille s’amusait, il sentait sa main vibrer de plaisir. Il lui dit :

- « Continue bébé. On va arriver chez le Gille suivant, on va entrer et aller prendre un verre chez lui. Toi, tu boiras un jus d’orange ou d’eau et tu mangeras un petit bout de pain avec du Nutella mais rien d’autre. Un Gille se doit de suivre des règles bien strictes. Il ne doit pas être saoul. La tradition veut que le Gille accepte un verre de champagne et mange des huîtres ou du saumon fumé en allant chercher chaque Gille suivant. Mais c’est ton premier ramassage, je veux que tu suives ce que je te dis ok ? »

La petite lui cria : « oui papa, d’accord ! Moi je prendrai une tartine de choco ok » et retapa des sabots encore plus fort.

Il faisait nuit claire, la lune illuminait le chemin et les étoiles brillaient dans le ciel. Raphaelle aimait cet instant privilégié qu’elle partageait avec son papa. Elle lui serrait très fort la main et lorsqu’elle tournait son visage vers ce Gille qui lui avait donné le jour, elle se sentait protégée et aimée. Tout, où ils passaient, les lumières des foyers s’intensifiaient, les habitants levaient les volets des fenêtres et tiraient les rideaux. En voyant les deux courageux qui bravaient ce froid piquant, ils applaudissaient et les encourageaient à avancer. Arrivés chez Martin, le Gille suivant, Gérard frappa à la porte et là, Adeline, l’épouse du jeune homme ouvrit. Elle vit un petit boubou de Gille lui tendre son ramon. Elle lui prit et lui rendit en l’embrassant. Les musiciens reprirent de plus belle, la musique était particulière. Elle attirait les Gilles, les aidaient à sortir de chez eux. Dans ce petit village, l’appartenance à une société qu’elle soit dite ‘d’Arlequins’, de ‘Pierrots’ ou de Paysans’ ne suivait pas les mêmes règles qu’à Binche. Dans cette ville, la réglementation était très stricte, il fallait être Binchois de sang ou y être domicilié depuis de nombreuses années pour être Gille. Au village, le simple désir de devenir personnage d’une de ces sociétés suffisait. Les allochtones masculins ou féminins étaient les bienvenus, une simple inscription au rondeau ainsi qu’aux diverses répétitions préalables satisfaisaient les organisateurs ; mais nous étions au village… rien à voir avec la vie à la ville.

De leur côté, François, le grand-père de la petite et Louis, l’arrière grand-père, venaient de terminer leur habillage. Denise finissait de leur installer la ceinture tricolore lorsqu’une batterie composée de tambours, de pipeaux, d’une grosse caisse accompagnée de 7 Gilles stationna devant leur maison. Ils saluèrent leurs amis et prirent la route et leur emboîtèrent le pas.

De maison en maison, les personnages carnavalesques formèrent un cortège. François, battant le pavé, vit l’attroupement de son fils Gégé rejoindre son groupe. Ils prirent tous la direction du centre du village où trônait la statue d’Yvo Delloye », le premier homme ayant revêtu le costume de Gille dans le village. Les 20 Gilles formèrent un mini rondeau autour de la statue et se mirent à danser pendant que les derniers les rejoignirent. Le groupe dansa près de 30 minutes en tapant des sabots et en tournoyant de temps en temps sur eux-mêmes. Venus des autres rues entourant la place, les confréries des Pierrots, Arlequins et Paysans vinrent festoyer avec les Gilles. Après avoir partagé une danse, un immense cortège prit forme et avança vers un des coins de la place, là même où se trouvait le café ‘l’intemporel’. Il était près de 7 heures du matin et les estomacs commençaient à crier famine. Les Gilles entrèrent au bistro, devenu le QG de la confrérie. Dans la salle annexe à l’établissement, des chaises et des tables étaient dressées. Sur les tables se trouvaient des plateaux entiers d’huîtres ouvertes directement arrivées de Bretagne la nuit même. Elles étaient alignées sur des lits entiers de glace afin de préserver leur fraîcheur. Pour les Gilles qui n’appréciaient pas ces mollusques, d’autres assiettes garnies de saumon fumé, de toasts grillés et de tranches de citron figuraient sur les énormes tables. Hommes, femmes et enfants prirent leur petit déjeuner. Celui-ci était le moment phare du mardi gras. Aimé de tous, le petit déjeuner signifiait la réunification amicale et le commencement d’une communion avec les villageois qui se regroupaient sur le trottoir du café. Les villageois autochtones et les visiteurs des villages environnants criaient leur envie de voir ressortir les Gilles. La petite Raphaelle n’avait pas assez de ses deux yeux pour se délecter de ces moments savoureux. Après s’être régalés de ces mets savoureux, le Gille chef de confrérie donna l’ordre du ‘lever de table’. Ils se replacèrent l’un l’autre leur masque, reprirent leur ramon et les sociétés de musique donnèrent le feu vert de la continuité en commençant à jouer de leurs instruments. Les gens, à l’extérieur », entendant les premières notes se mirent frénétiquement à scander l’attente d’un ‘Les Gilles !’… ‘Les Gilles !’ Gérard vit le regard étincelant d’étoiles de sa petite fille. Il lui replaça son masque de cire et prit son rang avec elle dans le cortège. La petite tapa des sabots en coordonnant ses mouvements avec ceux des autres membres. Le moment était magique. Les murs du petit bistro se mirent à trembler des vibrations occasionnées. Les serveurs se reculèrent laissant le chemin libre à l’attroupement dirigé par le Gille en chef, le ramon en l’air.

- « Gilles d’ici et d’ailleurs ! En avant ! Allons partager notre bonheur ! » Le convoi avança.

L’empressement à l’extérieur était plus que palpable. Les gens dansaient au son des pipeaux et des tambours. Les confréries amies des Arlequins, Pierrots et Paysans sortirent également de leur lieu de regroupement. Une fois tous dehors, les Gilles se mirent à tournoyer sur eux-mêmes, dansant et chantant. Le chef de file prit la parole :

« Gilles d’ici et d’ailleurs, allons rendre visite à notre hôte, le bourgmestre de la région ! »

Les sociétés se mirent à progresser en suivant les musiciens qui ouvraient la route. Les Arlequins, les Pierrots et les Paysans restèrent unis derrière les Gilles et comme d’un seul homme, ils prirent tous la direction de l’hôtel de ville.

Le Bourgmestre revêtit son écharpe tricolore et tripatouilla dans sa poche en sortant un petit morceau de papier sur lequel il avait au préalable écrit quelques mots. Au plus les sons se rapprochaient au plus son angoisse montait. Une estrade avait été confectionnée dans la cour de l’établissement public et il y prit place. Le convoi carnavalesque arriva quelques minutes plus tard. Chaque membre du cortège s’installa au-devant du podium, laissant les premières places aux plus petits d’entre eux. Gérard, lâcha la main de sa précieuse petite fille en lui disant :

- « Pupuce, je reste derrière toi, n’aie crainte, je suis là. »

- « Oui papa, d’accord. »

Monsieur le bourgmestre Jean-Denis Delloye, arrière petit-fils d’Yvo Delloye, prit la parole :

- « A vous, digne représentants de nos villages, mesdemoiselles, mesdames et messieurs, je vous souhaite la bienvenue dans notre maison communale ou du moins héhé sur le parvis de celle-ci. Je suis fier de vous tous et très heureux de voir que cette année encore, des jeunes de nos villages se sont joints à nos aînés. » Un élu communal lui tendit deux médailles qu’il prit en main. « Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, je suis honoré de remettre une des deux médailles à notre plus jeune Gille de cette année : la demoiselle Raphaelle Devreux. »

Surprise, Raphi regarda derrière elle son papa.

- « Papa, c’est moi ? »

Gérard lui dit :

- « Oui ma Puce, c’est une surprise, vas-y ! »

La petite fille monta sur l’estrade et le bourgmestre lui passa la médaille au cou. Elle redescendit montrant de la main la décoration à son père. Le Bourgmestre continua :

- « Comme chaque année, nous fêtons le plus jeune de nos inscrits et nous remercions le plus âgés de ceux-ci. Veuillez applaudir Monsieur Louis Devreux arrière grand-père de notre petite Raphaelle. »

Louis, monta à son tour sur le podium et reçut lui aussi la médaille tant convoitée. Pauline présente au devant de la foule filmait l’événement. Denise s’avança, prit la petite dans ses bras et la passa à Louis. La foule les applaudissait, les remerciant tous deux de leur implication.

Le Bourgmestre attendit quelques secondes puit dit :

- « Mesdames et messieurs. Veuillez ouvrir le passage aux différentes sociétés présentes. Je vous recommande la bonne humeur, la convivialité. Veuillez respecter vos voisins, amis et quiconque présent à ce carnaval. Cette journée doit être signe de liesse et non pas de bagarres et d’excès. Les confréries présentes vous encouragent à les rejoindre et à les suivre dans les rues du village. Je vous souhaite un bon amusement et vous donne rendez-vous au rondeau de cette soirée. Je vous remercie. »

Le discours terminé, les sociétés diverses de musique reprirent. Le cortège se reforma. Le claquement des sabots se mit à retentir sur le pavé de la chaussée. Les villageois se reculèrent laissant passer Gilles, Arlequins, Pierrots et Paysans. Il était près de midi ; les commerçants avaient ouverts leurs magasins. Les bistrotiers s’étaient regroupés au centre du petit hameau avec du matériel de fabrication artisanale : un tonneau découpé en deux dans le sens de la hauteur dont une moitié avait été fixée sur un trépied. Des bûches de bois brûlaient, se consumaient et une grille recouvrait le sommet de ce barbecue improvisé. Certaines personnes désignées cuistots d’un jour mirent à cuire de succulentes saucisses, brochettes et pomme de terre. D’autres commerçants cuisaient des châtaignes sur des braseros en terre cuite et les vendaient en sachets de papier. Les boulangers avaient offerts petits pains et diverses viennoiseries. Pour une somme modique les habitants du bourg et les visiteurs avaient le moyen de se sustenter. L’allégresse transpirait de chaque coin de la place et les différentes sociétés étaient impatiemment attendues. Parcourant les rues et ruelles les participants aux festivités humaient l’air empli d’odeurs agréables. Les habitants du centre du village avaient laissé leurs décorations de Noël ; des guirlandes lumineuses et multicolores donnaient vie aux différentes façades…

Pauline suivait sa petite fille et son mari du regard. Gérard remarqua que la petite fatiguait. Voulant la préserver en vue de la formation du rondeau de la fin de journée, il fit signe à son épouse de venir avec le landau. Dans le siège, la jeune femme déposa délicatement l’enfant qui s’endormit immédiatement malgré les bruits ambiants.

Mis un peu à l’écart du groupe, Gérard lui dit : « Laisse la dormir une ou deux heures. Elle doit se reposer. J’aimerais qu’elle profite du rondeau de tout à l’heure. »

Pauline accepta et le laissa rentrer au sein du groupe parvenu à l’entrée de la place. Bien couverte d’une douce mais chaude couverture, le petit ange dormait du sommeil du juste.
C’était une année incroyable… il y avait un monde fou et le soleil lui-même honorait les villageois de sa présence. Aucune bagarre ne fut recensée, aucun dégât, seuls quelques papiers épars sur le pavé mais bien vite ramassés par les agents communaux.

Après le repas, Jean arriva au volant d’un petit camion. Avec ses aides, il distribua les chapeaux à chaque Gille gardant avec lui celui de son arrière arrière petite fille.

Une heure trente après avoir de nouveau parcourus de long en large les rues du village et après avoir jetés dans la foule des kilos d’oranges porte bonheur, les participants se regroupèrent au centre du bourg. Gégé, avant de placer son imposant couvre-chef, se pencha sur la poussette de la petite et dit :

- « Mon ange… Mon tit ange adoré… il est l’heure de te réveiller. » Du revers de la main, il caressa le visage de son enfant sous le regard attendri de sa jeune épouse.

- « Réveille-la doucement », dit-elle. « Regarde-la… Qu’elle est belle ! »

Gérard, continua à lui passer l’index sur la joue. La petite s’éveilla. Voyant le beau chapeau de son papa posé sur un banc, elle tressaillit de plaisir.

- « Mon chapeau, mon chapeau papa !!! »
- « Chuttt, Pupuce, doucement mon ange. Grand-papy va te l’amener, regarde, le voici. »

Jean, fier comme un paon, releva la tchiote puce qui dressée comme un ‘i’ attendait la pose de son majestueux parement. Lentement le vieil homme déposa le chapeau de Gille sur la tête de l’enfant, le fixa en lui disant :

- « Voilà mon tout petit ange, tu es maintenant un vrai Gille. Laisse-moi te prendre en photo. »

La petite posa. Une fois avec maman, une fois avec papa, une autre fois avec les amis, une dernière avec les autres Gilles.
Soudain, le Gille en chef de sa forte voix appela au regroupement en prévision de la formation du rondeau.

- « Gilles d’ici et d’ailleurs, veuillez prendre place ! »

Comme des notes présentes à l’intérieur d’une portée inscrite sur du papier à musique, les Gilles formèrent un cercle. Au centre de celui-ci les autres sociétés d’Arlequins, de Pierrots et de Paysans s’installèrent. Mis à certains endroits bien spécifiques, les divers corps musicaux s’accordèrent. Le rondeau pouvait commencer. Les villageois ivres de bonheur regardèrent le spectacle tout en s’éloignant pour laisser l’espace nécessaire aux Gilles de danser. Les fanfares se mirent à jouer toutes accordées jouant toutes ensemble et les divers participants au rondeau scandèrent des deux pieds, l’air des Gilles. Novice, Raphaelle guetta les gestes de son jeune papa et l’imita. En-dessous de son masque Gérard souriait, heureux de voir la chair de sa chair copier son comportement. Après 10 minutes de danse et de jeter d’oranges sanguines, Gégé toucha l’épaule de son petit ange qui se retourna vers lui. Il lui montra son ramon et comme à la répétition, la jeune enfant fit face aux gens admiratifs. Elle avança vers un petit garçon ; elle lui tendit son ramon. Celui-ci hésita puis saisit le petit balai et accompagna le bout de chou. Les autres Gilles lui emboîtèrent le pas et firent de même, prenant tantôt une femme, tantôt un homme et tantôt un enfant. Le rondeau, de nouveau formé, les Gilles battirent le pavé de leurs sabots comme jamais auparavant dans la journée. Où que l’on se trouvait dans la foule, la bonhomie était de mise et l’engouement des participants communicatif.
Le rondeau prenait toute la place ; Gilles, Arlequins, Pierrots, Paysans et musiciens s’amusaient. La danse dura une heure et la petite fille ne faiblit pas. Gégé pouvait même l’entendre rire à gorge déployée. Après avoir repris plusieurs fois l’air musical, le Gille en chef leva son ramon, signe du final pour les dernières notes. Les Gilles levèrent à leur tour leur ramon respectif, lâchant leur partenaire de danse. Durant dix secondes ils accomplirent un final digne de ce nom en tournoyant sur eux-mêmes laissant leur chapeau voleter dans tous les sens. L’air musical terminé, les Gilles s’arrêtèrent net.

D’un geste de connivence, le Bourgmestre donna l’ordre aux artificiers d’allumer les fusées et feux de bengale divers. Les Gilles retirèrent leur chapeau afin d’éviter tout accident ; Jean et ses aides se dépêchèrent à les remiser au camion. Le spectacle pyrotechnique de 15 minutes illumina le ciel ; déclenchant des ‘OHHH’… ‘AHHHH’ et ‘HUMMMMMMM’.

Gérard souleva le masque de sa fillette afin de contempler le visage enjoué de sa pitchounette. Il lui dit :

- « Tu as été formidable mon ange… FOR-MI-DA-BLE !!! Oui… un petit ange radieux…

L’enfant se jeta dans les bras de son papa et répliqua :
- « Merci mon papa. Je t’aime ! »

Pauline rejoignit son époux et sa fille et les serra très fort dans ses bras, immensément fière de leur prestation respective.

L’hiver s’en ira… comme chaque année. Et comme chaque année, les saisons se suivront et avec elles leur lot de bons et de mauvais événements. Mais une chose est et restera certaine : le Gille, lui, reviendra l’année suivante lors d’un prochain carnaval.



Ce récit ne raconte pas « LE » mardi gras qui se déroule chaque année à Binche… Ce récit reste un conte… Je ne voulais pas décrire le carnaval de Binche mais « UN » carnaval en Belgique. Par contre, je peux vous dire qu’en 2003, le carnaval de Binche fut reconnu par l’UNESCO chef- d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité.


Bonne lecture !


********************************************************************

Voici quelques photos du carnaval de Binche :



1/ Le Gille de Binche


2/ autre photo du Gille


3/ "Petit Gille"


4/ Le ramassage de Gilles


5/ Première photo d'un rondeau


6/ Deuxième photo d'un rondeau


7/ Un Arlequin


8/ Le masque de l'Arlequin


9/ Le Pierrot


10/ Le paysan


Images du net : merci à leurs auteurs !

[b]à tous !
BONNE LECTURE

Je vous fais de gros bisous
envoi
Revenir en haut Aller en bas
MamanRej
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 9983
Age : 61
Localisation : Gaspésie-Québec
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Le père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Holly Jolly Christmas de Michael Bublé
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mar 12 Fév - 17:08

Tu écris rapidement. Je vais le lire bientôt tranquillement et merci pour les photos.
Le mardi gras n'existe pas ici et pour moi c'est un peu de l'inconnu.
J'ai hâte de lire ton conte.
Bisous ma belle xx

_________________


Citation: Celui qui n'a pas Noël dans le coeur ne le trouvera jamais au pied d'un arbre! de Roy Lemon Smith









Revenir en haut Aller en bas
Jerrica10
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12238
Age : 42
Localisation : Au pôle nord ! (France)
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Cold december night par Michael Buble
Date d'inscription : 22/07/2009

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 3:19

Merci Chanchan pour ce nouveau conte.

Je vois que dans le nord, l'est de la France ainsi que chez toi en Belgique le carnaval est très important. Ici (en Bretagne) çà n'est pas du tout la même chose... çà passe presque inaperçu ! Heureusement dans mon petit bourg, quelques parents d'élèves ont recréé un carnaval il y a 5 ou 6 ans. Pour l'instant il y a pas mal de participants. Nous, nous irons pour la 4ème année et déguisés bien sûr !

Le thème de l'année dernière était "le jardin".

_________________
Ne pas croire au Père Noël, c'est ne pas croire en sa propre étoile ni en tout ce qui est positif et gai dans la vie. (J.C Baudot)
*********************************
D'après le mathématicien Kurt Gödel (1906-1978), une chose prouvable n'est pas nécessairement vraie et une chose vraie n'est pas toujours prouvable. Alors démontrez-moi que le Père Noël n'existe pas...
Noël c'est dans  4 mois et 2 jours


Dernière édition par Jerrica10 le Mer 20 Fév - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Comète
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4770
Age : 33
Localisation : basse normandie
Votre personnage préféré du temps des fêtes : le Père Noël
Votre chanson préféré de Noël : jingle bells
Date d'inscription : 02/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 4:42

merci pour ton conte, ici aussi çà passe inaperçu tellement que cette année ils ont oublié de le faire!!!
super ta photo Mumu vous êtes très beau
Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 6:48

Merci Regie
Merci Carine
Merci Mumu et vous êtes tous trois splendides dans ces magnifiques costumes ! très belle photo ! merci

Mumu, l'anecdote des huîtres servies aux Gilles est réelle. Ainsi que celle concernant le Champagne. Les région de Bretagne et de Champagne-Ardenne sont donc, comme qui dirait, mises à l'honneur chaque année à Binche héhé
Merci d'être venues lire ce conte !
Gros bisous
envoi
Revenir en haut Aller en bas
Jerrica10
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12238
Age : 42
Localisation : Au pôle nord ! (France)
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Cold december night par Michael Buble
Date d'inscription : 22/07/2009

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 7:13

Christmas Carol a écrit:
Merci Regie
Merci Carine
Merci Mumu et vous êtes tous trois splendides dans ces magnifiques costumes ! très belle photo ! merci

Mumu, l'anecdote des huîtres servies aux Gilles est réelle. Ainsi que celle concernant le Champagne. Les région de Bretagne et de Champagne-Ardenne sont donc, comme qui dirait, mises à l'honneur chaque année à Binche héhé
Merci d'être venues lire ce conte !
Gros bisous
envoi

çà ne peut que me réjouir car si je suis Bretonne d'adoption je suis Champ-ardennaise de naissance (de Troyes dans l'Aube plus exactement)

_________________
Ne pas croire au Père Noël, c'est ne pas croire en sa propre étoile ni en tout ce qui est positif et gai dans la vie. (J.C Baudot)
*********************************
D'après le mathématicien Kurt Gödel (1906-1978), une chose prouvable n'est pas nécessairement vraie et une chose vraie n'est pas toujours prouvable. Alors démontrez-moi que le Père Noël n'existe pas...
Noël c'est dans  4 mois et 2 jours
Revenir en haut Aller en bas
streletsie
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3851
Age : 63
Localisation : Mont-Joli Bas St-Laurent, Québec
Votre personnage préféré du temps des fêtes : père noel
Votre chanson préféré de Noël : Sainte nuit
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 11:47



Très beau conte, tellement descriptif, les photos n'ont fait que confirmer ce que mon imagination à" vue" en le lisant.


les costumes Mumu.




Revenir en haut Aller en bas
MamanRej
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 9983
Age : 61
Localisation : Gaspésie-Québec
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Le père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Holly Jolly Christmas de Michael Bublé
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 12:06

Un autre beau conte. Pour moi tout ça est nouveau le mardi gras. Merci pour cette belle découverte.
Mumu, vous êtes vraiment beaux xx

_________________


Citation: Celui qui n'a pas Noël dans le coeur ne le trouvera jamais au pied d'un arbre! de Roy Lemon Smith









Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 13:43

Regie ! Je suis si contente d'avoir pu vous faire partager ces instants !
et Thérèse !

J'ai pris plaisir à vous écrire ce conte, bien qu'il m'ait été difficile de coucher sur papier ce que je connaissais du carnaval de chez moi en Belgique. Je sais que nous sommes loin... héhé très loin de vous deux et si j'ai mis des photos en plus du conte c'est parce que je n'étais pas certaine que la "technicité" du carnaval belge ne freine trop la magie qui devait naturellement s'évaporer d'un conte. Ton petit mot Thérèse m'a permis de voir que le pari était gagné et que sans les photos tu avais pu percevoir malgré tout les couleurs de l'instant... MERCI à vous toutes ! je suis si heureuse !
Gros bisous
envoi

Revenir en haut Aller en bas
streletsie
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3851
Age : 63
Localisation : Mont-Joli Bas St-Laurent, Québec
Votre personnage préféré du temps des fêtes : père noel
Votre chanson préféré de Noël : Sainte nuit
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 15:54

Chantal, lorsque je lis je "vis" ma lecture, je visualise beaucoup ce que l'auteur décrit dans ses mots et tu le fais tellement bien c'est facile pour moi.
Merci de nous faire voyager sans que cela nous coûte cher
Revenir en haut Aller en bas
MamanRej
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 9983
Age : 61
Localisation : Gaspésie-Québec
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Le père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Holly Jolly Christmas de Michael Bublé
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 16:43

Je suis d'accord avec toi Thérèse. On a de la facilité à imaginer ce qui est écrit.

_________________


Citation: Celui qui n'a pas Noël dans le coeur ne le trouvera jamais au pied d'un arbre! de Roy Lemon Smith









Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 17:02

Regie, cela me fait tellement plaisir de connaître vos sentiments.
Le mois prochain, il y en aura deux nouveaux. Le premier sera basé sur mon rêve de l'autre jour et le second sur le thème de Pâques... héhé... ça bouillonne dans mes tits neurones. LOL LOL

Gros bisous
envoi

Revenir en haut Aller en bas
MamanRej
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 9983
Age : 61
Localisation : Gaspésie-Québec
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Le père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Holly Jolly Christmas de Michael Bublé
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 13 Fév - 17:05

Et toi merci de nous faire rêver le temps d'un conte xx Fleur
Bonjour à Karl aurevoir

_________________


Citation: Celui qui n'a pas Noël dans le coeur ne le trouvera jamais au pied d'un arbre! de Roy Lemon Smith









Revenir en haut Aller en bas
jadelara
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3703
Age : 43
Localisation : lorraine
Votre personnage préféré du temps des fêtes : la mére Noel et bien sûr le Pére Noel ;)
Votre chanson préféré de Noël : Noel blanc
Date d'inscription : 11/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 20 Fév - 10:02

Désolé chantal de n'être passer avant, j'ai pris le temps pour le lire :)

ou trouve tu l'imagination pour écrire de si belle chose !
se fut un plaisirs encore une fois !
gros bisous à toi et karl :)
Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 20 Fév - 11:22


Merci Karine

Tu sais c'est "instinctif" chez moi lolll ... un bout de feuille, un crayon et zouuu mon cerveau commence à bouillir.
Avant je gardais cela pour moi et depuis ma découverte de ce site et de si "belles" personnes, je n'ai eu aucun mal à vous faire partager mes écrits. En général, je peux prendre trois ou quatre jours pour écrire un conte. Pour ce dernier, ce fut quelque peu différent, des amis m'ont renseigné sur leur façon de passer et de vivre cette période de carnaval. Selon les régions de Belgique, le carnaval se vit différemment. Il y a les Gilles de Binche, les "blancs moussis" de Stavelot ou bien encore "les chinels" de Fosses-la-Ville... J'ai "mixé" le tout en deux semaines et cela a donné "un certain mardi gras..."

Merci d'être venue Karine !

Gros bisous
envoi

Le prochain se nommera "un rêve de Noël..." et mettra ce merveilleux forum en thème principal. Je pense être capable de vous donner deux contes par mois ou +/- héhé car en avril je serai occupée avec une oeuvre caritative belge mais j'essaierai tout de même de vous les donner.

Revenir en haut Aller en bas
Comète
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4770
Age : 33
Localisation : basse normandie
Votre personnage préféré du temps des fêtes : le Père Noël
Votre chanson préféré de Noël : jingle bells
Date d'inscription : 02/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 20 Fév - 14:13

merci Chanchan
Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Mer 20 Fév - 14:31

Merci Carine. C'est gentil d'être venue visiter mon carnaval
Gros bisous
envoi
Revenir en haut Aller en bas
Guana
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5142
Age : 28
Localisation : Saint-Sauveur (Belgique)
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Père-Noël
Votre chanson préféré de Noël : Silent night
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Lun 11 Mar - 6:37

Waouh, superbe! J'ai appris plein de choses sur cet univers des Gilles que je ne connaissais pas du tout content .

Merci pour ce superbe conte et vivement les suivants content envoi .
Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Lun 11 Mar - 17:32

Merci Alexandra
C'est un plaisir de partager avec vous
Bisous
envoi
Revenir en haut Aller en bas
Guana
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5142
Age : 28
Localisation : Saint-Sauveur (Belgique)
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Père-Noël
Votre chanson préféré de Noël : Silent night
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Lun 11 Mar - 17:35

envoi
Revenir en haut Aller en bas
davies
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2019
Age : 49
Localisation : nice
Votre personnage préféré du temps des fêtes : pere noel
Votre chanson préféré de Noël : les visiteurs de noel
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Ven 22 Mar - 10:59

bravo toujours aussi bien
Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Ven 22 Mar - 11:08

Davies !
Le prochain arrivera bientôt. Il a comme thème "le forum" et comme titre : "un rêve de Noël"
Il vous sera présenté dans la rubrique "l'heure du conte"
envoi
Revenir en haut Aller en bas
virginie31
Renne Cupid
Renne Cupid
avatar

Féminin
Nombre de messages : 909
Age : 40
Localisation : toulouse
Votre personnage préféré du temps des fêtes : le pere noel
Votre chanson préféré de Noël : all i want for christmas is you
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Ven 22 Mar - 12:58

Il me tarde de lire cela Christmas carol!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Christmas Carol
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2024
Age : 54
Localisation : Gembloux
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Papa Noël
Votre chanson préféré de Noël : Santa Claus and the Elves de Cherry Laine
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   Dim 7 Avr - 15:53

héhé clindoeil
envoi
Chantal
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Un certain mardi gras..."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Un certain mardi gras..."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARDI-GRAS - D'où vient la coutume ?
» MARDI GRAS ,JOUR DE JOIE
» Des idées pour un atelier culinaire spécial Mardi Gras?
» mardi-gras
» Mardi gras, mercredi descendre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Passion De Noël :: Nos Sens :: L'heure du conte-
Sauter vers: