Pour ceux qui aiment le Temps des Fêtes
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Épiphanie ou Théophanie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2346
Age : 60
Localisation : Gaspésie
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Épiphanie ou Théophanie   Dim 10 Jan - 11:27

Puisqu'au Québec, nous ne fêtons pas vraiment ça, pas dans ma famille, je ne connaissais pas vraiment ça, mais les Français oui, je me suis renseigné en faisant une recherche, alors voilà, ce que j'ai trouvé

Épiphanie

L'Épiphanie est une fête d'origine païenne, durant laquelle on célébrait les Epiphanes, autrement dit Apollon et le Soleil qui Lui est associé ainsi que les autres Dieux Souverains (Dieux Epiphanes: Zeus, Athéna, Hermès, Héra, Poséidon, Déméter, Héphaïstos, Aphrodite, Arès, Artémis, Hestia).

Cette fête a été christiannisée et l'Epiphanie célèbre la visite des mages à l'enfant Jésus, le Messie dans le monde. Elle a lieu le 6 janvier. En France et en Belgique, puisque ce jour n'est pas férié, elle est célébrée le deuxième dimanche suivant Noël.

Épiphanie est un mot d'origine grecque, Ἐπιφάνεια (Epiphaneia) qui signifie « manifestation » ou « apparition » – du verbe φάινω (faïnò), « se manifester, apparaître, être évident » – et dont l'utilisation est antérieure au christianisme[2].

La fête s'appelle aussi « Théophanie », qui signifie « manifestation de Dieu ». Cet ancien nom subsiste aujourd'hui dans le prénom féminin Tiphaine (en anglais Tiffany).

La fête était à l'origine, jusqu'à la fin du IVe siècle, la grande et unique fête chrétienne de la manifestation du Christ dans le monde : incarnation, Nativité, manifestation par la venue des mages, manifestation par la voix du Père et la colombe sur le Jourdain, manifestation par le miracle de Cana. Depuis l'introduction d'une fête de la Nativité (Noël) le 25 décembre, l'Épiphanie s'est spécialisée de façons diverses selon les confessions et a adopté des sens variés.

Tradition de tirer les Rois

L'épiphanie, comme tout le cycle de Noël, est loin d'être d'origine purement chrétienne, mais tire son fond et son sens des célébrations païennes de la Lumière. En effet Noël est un cycle avant d'être un jour, un cycle qui atteint son apogée au jour du solstice d'hiver (ou en tout cas un des jours associés au Solstice) le 25 décembre, et cette nuit du Solstice qui est la plus longue de l'année signifie le retour de la Lumière, mieux, la naissance de la Lumière et de la manifestation du sein de l'origine de toutes choses (assimilée à la Nuit).

Puis la célébration se prolonge durant un nombre de jours hautement symbolique: 12 jours. Ainsi Noël est une fête qui dure 12 jours et 12 nuits, le 12 représentant entre autres la Totalité (12 mois, 12 heures, 12 Apôtres, 12 Dieux Olympiens, etc...

La fin du cycle est donc le 6 janvier. C'est à ce moment que les jours commencent à rallonger de façon sensible, que la promesse de la nuit solsticiale est tenue. On célèbre donc l'Epiphanie, la manifestation de la Lumière.

La galette symbolise par sa forme ronde le soleil. Il est à noter également que c'est ce jour (en tout cas son équivalent car le calendrier de la Rome antique n'était pas le notre) qu'était la fête des 12 Dieux Epiphanes (autrement dit les 12 Olympiens). Le christianisme s'est coulé dans ce moule dont le sens éternel n'est pas altéré, le Christ étant assimilé à la Lumière.

Dans l'Antiquité le dieu épiphanique par excellence est Dionysos, qui règne sur la partie hivernale du calendrier alors que son frère Apollon est "caché" au Pôle (l'origine). Or Dionysos, le dieu souffrant par excellence, le dieu qui naît, meurt (littéralement qui subit une Passion), puis renaît pour apporter l'Immortalité à ses fidèles reçoit, selon certains textes, l'hommage des rois de la terre, lesquels lui apportent or (souveraineté), encens (pouvoir sacré), et myrrhe (immortalité, car on embaume avec cette substance).

La tradition veut que l'Épiphanie soit l'occasion de « tirer les rois » : une figurine est cachée dans une pâtisserie et la personne qui obtient cette fève devient le roi de la journée. Cette pratique trouverait son origine dans les Saturnales de la Rome antique.

En France, depuis le XIVe siècle, on mange la galette des Rois à l'occasion de cette fête. La tradition veut que l'on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une. Cette dernière, appelée « part du Bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du pauvre », était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.

Un usage moderne veut aussi que la traditionnelle fève soit remplacée ou voisine avec un petit sujet caché à l'intérieur de la pâte de la galette des Rois, la personne ayant dans sa part la fève sera symboliquement couronnée roi ou reine et devra offrir la prochaine galette, quant à celui qui a le sujet il devra offrir la boisson (mousseux, muscat, ou champagne selon la bourse... ).


Gabriel Metsu, La Fête des Rois ou Le Roi boit, v. 1650-1655, (Alte Pinakothek, Munich). – La Fête des Rois aux Pays-Bas septentrionaux au XVIIe siècle.Lorsqu'il y a des enfants, l'un d'entre eux (en général le plus jeune) doit se placer sous la table, et tandis que la personne qui fait le service choisit un morceau, l'enfant désigne le destinataire de cette portion.

Dans le sud-ouest de la France, traditionnellement, on ne prépare pas une galette, mais une brioche en forme de couronne, que l'on nomme "coque", qui est couverte de sucre granulé. Dans le sud-est cette même couronne est, en plus du sucre, garnie et couverte de fruits confits. Un santon (généralement santon-puce) tend à remplacer la fève. Cette « couronne des Rois » est toujours très présente mais se fait souvent concurrencer par la galette, moins chère (les fruits confits sont coûteux) mais aussi de fabrication et conservation (voire de manipulation !) plus facile.

On trouve des coutumes similaires en Espagne, au Portugal (Bolo Rei) et dans les pays d'Amérique latine. Le Día de los Tres Magos y est souvent un jour férié et les enfants y reçoivent leurs cadeaux plutôt qu'à Noël.

Les artisans boulangers-pâtissiers offrent tous les ans la galette de l'Élysée. Cette galette ne contient pas de fève de façon à ce que le président de la République ne puisse pas être couronné.

En Belgique et aux Pays-Bas : on mange également une galette à la pâte d’amande. Le plus jeune se cache sous la table pour désigner les parts et le roi du jour choisit sa reine. Pendant la journée les enfants parcourent les rues en chantant la chanson de l’étoile et font du porte à porte pour recevoir des mandarines et des bonbons. Cette coutume tend à disparaître en Belgique. Dans les campagnes flamandes cela se fait encore. Notons au passage qu’en Wallonie, c’est à ce moment qu’on commence la préparation du Carnaval.

La tradition de tirer les Rois existe aussi dans le sud des États-Unis, sous le nom de king cake. Ceux-ci sont mangés pendant toute la période qui va de l'Épiphanie jusqu'au carnaval de mardi gras. La fête a lieu le 6 janvier.

En Grèce et à Chypre, la galette « des rois » est interprétée comme galette « de saint Basile ». Le nom « Basile » signifie en effet « roi » en grec. On tire donc les rois le 1er janvier, jour anniversaire de la mort de saint Basile de Césarée et jour de la fête du saint. Les jeunes enfants aiment tirer les rois, c'est un moyen pour eux de réussite.

Prénoms fêtés

C'est le jour de l'Épiphanie que l'on fête les Tiphaine (en français), Tifenn (en breton), Tiffany (en anglais) ou Théophano, Théano (en grec). Ce prénom correspond en effet au mot Théophanie, ou manifestation de Dieu, autre nom de la fête. On fête les Jordan et les Jordane. On fête aussi les Noël ... s'ils sont Arméniens.

Durant les quatre premiers siècles de l'histoire chrétienne, l'Église avait l'habitude de fêter le 6 janvier toutes les manifestations de Dieu sur la terre : la Nativité (Noël), l'Adoration des mages, le baptême du Christ et les noces de Cana. Le changement de l'eau en vin et la multiplication des pains (ou Phagiphanie) étaient ainsi commémorés par une même fête avec la Nativité.

Les fêtes ont ensuite été dissociées : pour le 6 janvier, les Latins ont retenu l'Adoration des mages et les Grecs le Baptême du Christ. Les Éthiopiens et les Arméniens ont conservé une fête unique pour la célébration de Noël, le 6 janvier pour les Arméniens et le 6 ou le 7 janvier pour les Ethiopiens en fonction du calendrier.



Vraiment intéressant.

_________________
Régie
Revenir en haut Aller en bas
Jerrica10
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11914
Age : 42
Localisation : Au pôle nord ! (France)
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Cold december night par Michael Buble
Date d'inscription : 22/07/2009

MessageSujet: Re: Épiphanie ou Théophanie   Dim 2 Jan - 5:26

Très intéressant tout çà.

L'église a repris de très nombreuses fêtes et traditions païennes pour les faire devenir chrétiennes. Noël et l'épiphanie en sont des exemples parfaits.

Il en va de même pour les dieux païens. La plupart des religions païennes étaient polythéistes (plusieurs dieux). La chrétienté étant monothéiste (un seul dieu) ce sont les saints qui ont pris les places des dieux païens secondaires.

_________________
Ne pas croire au Père Noël, c'est ne pas croire en sa propre étoile ni en tout ce qui est positif et gai dans la vie. (J.C Baudot)
*********************************
D'après le mathématicien Kurt Gödel (1906-1978), une chose prouvable n'est pas nécessairement vraie et une chose vraie n'est pas toujours prouvable. Alors démontrez-moi que le Père Noël n'existe pas...
Revenir en haut Aller en bas
Ysabel
Renne Dasher
Renne Dasher


Féminin
Nombre de messages : 33
Age : 50
Localisation : Paris
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Père Noël
Votre chanson préféré de Noël : Vive le vent !
Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: Épiphanie ou Théophanie   Dim 2 Jan - 9:35

Merci MèreNoël !
Revenir en haut Aller en bas
chrisnow
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5703
Age : 54
Localisation : BELGIQUE
Votre personnage préféré du temps des fêtes : Lauren Brunel (Christmas Under Wraps)
Votre chanson préféré de Noël : Home for christmas /Maria Mena
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Re: Épiphanie ou Théophanie   Jeu 6 Jan - 11:55

merci jerrica et mere noel!!

_________________
Chrisnøw
Fan des films de Noël
Venez voir ma partie forum ICI
ou encore:
Cinéma Noël



Revenir en haut Aller en bas
virdenice
Renne Rudolph
Renne Rudolph
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2609
Age : 53
Localisation : france nice
Votre personnage préféré du temps des fêtes : père noel
Votre chanson préféré de Noël : have yourself a merry little chrismast
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Épiphanie ou Théophanie   Jeu 6 Jan - 15:02

vraiment très intéressant
merci les filles pour vos recherches
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Épiphanie ou Théophanie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Épiphanie ou Théophanie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Épiphanie ou Théophanie
» L'épiphanie
» Galette des rois à la frangipane pour l'épiphanie
» PLV et autres à leclerc pour l'épiphanie
» kit épiphanie (trouvé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Passion De Noël :: Le Temps Des Fêtes :: Les Origines-
Sauter vers: